Pokémon Détective Pikachu : l’élémentaire spoil de « Pokévore »

Pokémon Détective Pikachu, réalisé par Rob Letterman (Gang de requins ; Chair de Poule, le film), est sorti mercredi 8 mai 2019 dans les salles de cinéma françaises. Tu meurs d’envie de t’y rendre, mais tu n’oses  pas aller le voir au cinéma aux côtés d’une ribambelle de gamins excités ? Tu ne supportes plus d’être la risée de tes geeks de potes qui te parlent en « pika-pika » ?
Tu hésites à amener les enfants du quartier voir le film ? Chez Cinérama, nous comprenons ta solitude. C’est pourquoi nous t’offrons en exclusivité la possibilité de tout connaître de Pokémon Détective Pikachu – et plus encore !


Attention, attention. Ce Filmopéteux détient une haute dose de spoilers. Ne lire qu’en cas de « la flemme d’aller le voir frère »

Welcome to : Ryme City

Pokémon Détective Pikachu s’ouvre sur un Mewtwo captif, détenu par des scientifiques dans un laboratoire avant de s’échapper dans une grosse explosion, provoquant au passage un accident de voiture.

Cet accident tuera le père du jeune Tim Goodman (Justice Smith), sur qui le film est centré. Un jeune homme d’une vingtaine d’années sans pokémon. Apprenant la mort de son père, il décide de partir pour Ryme City, (une ville créée par Howard Clifford (Bill Nighy) qui est super cool car pokémons et humains y vivent en parfaite harmonie) pour y débarrasser les affaires de son père.

Dans l’appartement, Tim y découvre une mystérieuse fiole « R » qu’il décide d’ouvrir, manquant de s’étouffer avec le gaz dégagé. Il y croise ensuite un Pikachu amnésique portant un chapeau à la Sherlock Holmes, qui farfouille ici et là à la recherche d’indices sur la disparition de Harry Goodman, le père de Tim. Quelle n’est pas leur surprise lorsqu’ils réalisent qu’ils se comprennent l’un l’autre !

On découvre rapidement que Pikachu est le partenaire-détective du père de Tim – d’où son enquête. Lui et Tim s’associent bon gré mal gré pour découvrir, avec l’aide non négligeable de Lucy (Kathryn Newton) jeune stagiaire journaliste) et de son Psykokwak, qu’Harry Goodman enquêtait sur les mystérieuses manipulations génétiques faites par la société du fils d’Howard Clifford, Roger (Chris Geere).

Et là, en fait, c’était pas lui

Après une visite dans un laboratoire secret et une scène d’action avec des Amphinobi modifiés, Tim et Pikachu sont enfin confrontés à Mewtwo, qui guérit la souris électrique alors blessée à l’aide de ses pouvoirs psychiques, révélant ainsi qu’il n’est pas l’auteur de l’accident de voiture ni de la disparition d’Harry Goodman.

Les méchants arrivent et capture Mewtwo. On découvre que Roger n’est pas l’ennemi, mais son père, Howard. En effet, celui-ci a mis au point un casque permettant d’insérer son esprit dans le corps de Mewtwo, lui donnant ainsi les pouvoirs du pokémon légendaire. Loin de s’arrêter là, il répand le mystérieux gaz « R » pour ensuite faire fusionner également les habitants de Ryme City avec leurs pokémons. Pikachu affronte Mewtwo et Tim, un Métamorphe pas commode avant de réussir à libérer Mewtwo de l’emprise d’Howard et de sauver les habitants de la capitale.

Et attention, révélation finale : Pikachu est en fait le père de Tim ! Mewtwo lui redonne son apparence humaine et tout est bien qui finit bien. Hourra, bravo, câlin et compagnie.

Ce qu’on retiendra du film :

  • Les bons effets spéciaux qui permettent une réelle immersion dans l’univers Pokémon ;
  • L’humour simpliste, mais efficace ;
  • Les nombreuses références au dessin animé : le « R » de la fiole au design de la Team Rocket, le parallèle Lucy/Ondine instauré par la couleur de cheveux du personnage et de son Psykokwak (n’oublions pas que ce Pokémon est le préféré d’Ondine!), le Rondoudou au marqueur, l’ouverture du film qui fait un parallèle avec le premier sorti en 1999 Pokémon : Mewtwo contre-attaque ;
  • L‘inscription du film dans la suite du dessin animé : en effet, une réplique indique que Mewtwo a été créé par l’homme il y a 20 ans, soit au début des aventures de Sacha Ketchum et de son Pikachu dans l’animé ;
  • Une paire d’acteurs renommée : Ryan Reynolds (Deadpool ; Buried) et Bill Nighy (Shaun of The Dead ; Harry Potter et les Reliques de la Mort ; Il était temps) ;
  • Une dominance masculine au casting : on a eu beau chercher, nous n’avons trouvé qu’un 1 seul rôle féminin au compteur, interprété par Kathryn Newton (Lady Bird ; 3 Billboard : les panneaux de la vengeance ; Big Little Lies)… ;
  • Un scénario mitigé : une première partie de film très bonne pour une seconde partie qui part en cacahuètes (un peu trop de trucs improbables, même pour Pokémon).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *