Nos scènes de nu préférées

L’adage le dit et l’exige, en avril, malgré les premières lueurs de l’été, pas question de se mettre à poil ! Révoltez-vous, prenez le contre pied : en avril, la rédaction de Cinérama tombe la chemise pour vous proposer le top… des meilleures scènes de nu au cinéma ! 


#1 Shame de Steve McQueen (2011), Okrutt

Ce n’est pas une scène, mais tout un film. Shame  dresse le portrait sans concession de Brandon un homme accro au porno et au sexe en général joué par un Michael Fassbender magistral. 
Alors qu’avec un tel sujet le film aurait pu aller trop loin dans la subversion et la sexualité, McQueen fait le choix assez paradoxal de la subtilité et de la retenue. Certes il y a des scènes de sexe notamment celle avec les deux prostituées mais la réalisation est telle que ces scènes n’ont rien de sexy, bien au contraire, elles sont tristes et bestiales, à l’image des pulsions de Brandon. Un film qui donne à réfléchir sur une maladie encore trop peu prise au sérieux qu’est la nymphomanie. Lars Von Trier s’attaquera d’ailleurs lui aussi au sujet en 2013 avec Nymphomaniac qui cette fois traite cette même question mais du point de vue des femmes. 
L’un comme l’autre sont des films qui traitent de la maladie et des problèmes que peuvent engendrer les addictions dans la vie de tous les jours. Alors que notre société est de plus en plus sexualisée, Shame propose une réflexion sur ces dérives et insiste sur son caractère pathogène. En réalisant ce film de façon aussi naturaliste, avec une photographie aussi terne et fade, McQueen nous plonge dans la réalité d’un homme malade et victime de ses pulsions. A cela s’ajoute la solitude du personnage retranscrite à la perfection dans la composition des plans qui le montrent souvent seul.

Shame est un film à voir car le traitement du sujet est juste, jamais moralisateur mais aussi pour la performance de Michael Fassbender qui incarne à la perfection cet homme accro au sexe. Un rôle qui nous rappel que Michael Fassbender est l’un des meilleurs acteurs de sa génération malgré des choix de films souvent discutables… 
Enfin, ce film est aussi à voir pour le plaisir des yeux car il se compose de nombreuses scènes mettant en avant la plastique avantageuse de l’acteur britannique.

#2 Les Promesses de l’Ombre de David Cronenberg (2007), Antoine

On ne rigole pas avec la mafia russe de Londres. Quand Viggo Mortensen se fait surprendre par des tueurs à gage dans un bain turc, il n’est vêtu que d’une petite serviette… qui fini très vite par tomber ! C’est donc en tenu d’Adam que l’ex-Aragorn va démolir ses assaillants dans une séquence d’une violence inouïe. Bad ass.

#3 Alabama Monroe de Felix van Groeningen (2012), Lucie

C’est la très (mais vraiment très) belle histoire d’amour entre Elise et Didier. Une histoire mise à rude épreuve face à la maladie de leur fille. Mais ce n’est pas juste une histoire d’amour, Alabama Monroe, c’est un long-métrage puissant, qui réussi à la fois à déchirer le cœur et à réchauffer l’âme. Le genre de flm qui nous hante longtemps après qu’il se soit terminé et qui nous fait voir nos relations avec nos proches d’un autre œil (souvent un peu mouillé de larmes). Le tout accompagné par une bande son absolument magnifique et un casting parfait.
Des scènes de nus, il y en a quelques une dans Alabama Monroe, et c’est difficile d’en choisir une en particulier. Il faudrait toutes les prendre. Elles sont belles car elles nous montrent des personnages que l’on voit passer par de multiples états émotionnels pendant près de deux heures (la joie, la colère, la peur, le désespoir, pour n’en citer que quelques-un) simplement et innocemment habités par l’amour. Les corps sont présentés sous une simplicité désarmante, doublée d’une photographie parfois presque onirique. Les nombreux tatouages d’Elise, forts en significations, rendent ces scènes encore plus belles, nous seulement d’un point de vue esthétique, mais aussi d’un point de vue émotionnel. Une véritable merveille, à voir et revoir sans concession (mais avec beaucoup de mouchoirs).

#4 Love de Gaspar Noé (2015), Renaud

Film sulfureux s’il en est, Love a fait bouger les lignes en montrant les étapes d’une relation amoureuse d’une façon inédite dans un cinéma traditionnel normé et trop souvent sage, n’hésitant pas à mettre à nu ses acteurs de nombreuses fois dans des scènes de sexe non simulées. La première rencontre sexuelle entre Murphy (Karl Glusman) et Electra (Aomi Muyock), sensuelle et passionnée, se termine par un plan dont la superbe photographie m’a marqué. Le couple naissant se détend après cette étreinte intense, Murphy fume un joint et Electra s’endors en souriant, apaisée et heureuse.
Cette courte scène dépeint parfaitement les prémices d’une rencontre fusionnelle, la magie des premiers instants charnels et ce sentiment d’être hors du temps dans un monde qui n’est constitué que de l’autre.
Les corps des personnages sont en osmose, sublimés par un clair-obscur mâtiné du rouge de la passion. 
Ce passage est d’autant impactant qu’il s’inscrit dans un film dur et visuellement violent. Le calme entre deux tempêtes, en quelque sorte.

#5 Le parfum : histoire d’un meurtrier de Tom Tykwer (2006), Pauline

Des scènes d’orgies, le cinéma en a connu et en connaîtra encore ! Mais parmi toutes les scènes d’orgies, il y a une qui sort du lot.. Dans le parfum de Tom Tykwer, tout un peuple se met à nu à la fin du film ! Complètement inattendu et irréel, cette scène est culte de part son aspect insolite et on ne s’en lasse pas !

#6 L’amour est un crime parfait deJean-Marie et Arnaud Larrieu (2013), Gailh

La sexualité est une thématique centrale des frères Larrieu, rien d’étonnant dès lors à ce qu’il y ait régulièrement des scènes de nu dans leurs films. Même lorsqu’ils s’essaient au film policier, c’est une histoire d’amour qui est au centre de l’histoire, celle entre Maïwenn et Mathieu Amalric. Malgré de multiples complications à leur histoire que je ne vais pas détailler ici, ils vivent un moment de pure tendresse, filmé avec grâce et pudeur, où le corps de Maïwenn est parcouru par les mains d’Amalric dans un geste de pure douceur.

Ce film me rappelle aussi cette séance spéciale qui avait eu lieu au Lieu Unique (NDLR : Nantes) il y a quelques années : la musique du film, signée par le groupe de jazz expérimental Caravaggio, était rejouée et réimprovisée en direct par le groupe sur scène, pendant que Jean-Marie Larrieu modifiait en direct le reste de la bande-son du film, coupant une bonne partie des dialogues pour laisser toute l’espace sonore au groupe. Ne restait alors plus que la poésie des images et de la musique, et la douceur de cette scène de sexe épanoui malgré les névroses de chacun des personnages.

Et si vous voulez savoir à quel moment du flm se situe cette scène, le mieux est encore de le regarder en entier, bande de coquins. 

#7 Sense 8 de J. Michael Straczynski et Lana Wachowski (2015), Jonas

Après mûre réflexion, il me paraît évident d’intégrer la scène d’orgy de la saison 1 de la série Sense8, qui – disons-le sans tabou – s’élève au rang artistique. Au-delà même du sexe, c’est bel et bien une forme d’amour et de désir purs que les soeurs Wachowski ont réalisé avec une sensualité incomparable.


On est sûr que nous sommes passer à côté de beaucoup de scènes de nu. On compte sur vous pour nous partager vos préférées ! Et sortez couverts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *