Nos meilleurs courts-métrages du Festival du Cinéma Espagnol

Ils étaient sept en compétition, et pourtant un seul d’entre eux a été primé ce dimanche 7 avril lors de la clôture du Festival du Cinéma Espagnol de Nantes : Un Cuento Familiar, de José Corral. À l’occasion de la clôture du festival, retour sur nos trois coups de cœur de cette édition 2019 !


Bailaora, Rubin Stein (2018)

Cette 29e édition du Festival du Cinéma Espagnol nous aura marqués par la tonalité de ses courts-métrages, flirtant entre la fable et le sordide. Parfait exemple avec Bailaora et son début digne d’un film d’horreur, puis la poésie qui gagne face à l’atrocité de la guerre civile espagnole. L’histoire ? Après un massacre commis dans leur village, des enfants se barricadent dans une église. Mais des soldats forcent l’entrée, à la recherche des derniers survivants… Quand, soudain, une étrange petite fille se met à danser frénétiquement.

Découvrir

Cerdita, Carlota Pereda (2018)

Lauréat du Meilleur Court-Métrage aux derniers Goya Espagnols, Cerdita conte l’histoire d’une jeune fille en surpoids bien décidée à profiter de sa journéeensoleillée pour faire quelques longueurs dans une piscine laissée à l’abandon. C’était sans compter trois petites pestes, déterminées à lui faire subir de nouvelles humiliations. Mais au-delà de ces gamineries adolescentes, le véritable danger semble être ailleurs… On oscille entre rires et malaise devant ce conte glauque moderne !

Découvrir

🏅 Un Cuento Familiar,  José Corral (2018)

Le court-métrage gagnant de cette saison 2019 s’installe d’abord dans une scène familiale rassurante : trois enfants jouent ensemble tandis que la mère prépare le dîner. Les enfants inventent une histoire, avec ses grands méchants et ses héros. La mère, lasse d’entendre ces mêmes histoires, souvent violentes, continue le conte et l’imprègne de ses propres rêveries. Tandis que le père se joint à la conversation, l’histoire prend une nouvelle tournure et se tend. On aime : l’alternance entre images de dessin animé et portrait réaliste d’une famille « ordinaire » et la légèreté apparente pour parler d’une situation difficile. Un court qui mérite son prix ! Pour ceux qui hablo español, les remerciements du réalisateurs sont disponibles ici.

Découvrir


C’est fini pour la 29e édition du festival. Vous pouvez retrouver en streaming l’intégralité des courts métrages présentés cette année ici. La bise à Javier Bardem, et on se retrouve l’année prochaine, sans fautes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *