Nos jours de gloire, mes jours heureux

Excitée à l’idée de voir le film, j’avais pas mal d’attentes après avoir vu la bande-annonce, qui annonçait une comédie jeune, avec son lots de questionnements, propre à ma génération (en tout cas, celle d’une classe de vingtenaires privilégiés,et qui peut se poser ce genre de questions existentielles). Résultat : Vincent Lacoste, incarne parfaitement bien ce personnage, le rendant singulier et accessible à la fois. J’ai trouvé le film bien écrit, les situations comiques très efficaces, il n’y a pas grand chose à redire à ce niveau là, on passe un bon moment. Pourtant, les problèmes de masculinité, caractérisés par les problèmes d’érection du personnage, n’ont pas abouti à une résolution qui satisfaisante selon moi. A aucun moment du film, on ne nous épargne les souffrances engendrées par l’absence de vigueur masculine du personnage principal, et encore moins lors de la résolution de ce dénouement.

Je trouve dommage qu’un jeune réalisateur comme Antoine de Bary n’est pas davantage remis en cause la virilité, apparemment nécessaire pour être un homme, un vrai, même s’il questionne ces aspects dans d’autres parties du film. Certes, le personnage se veut complètement anti-héros, et même anti-homme, mais recherche quand même cette victoire sexuelle. J’aurais aimé qu’on lui dise : « ne pas bander, ce n’est pas la fin du monde ». Et spoiler, il parvient à avoir une érection lors de la dernière scène du film, comme si cela répondait à toutes ses questions existentielles. Je salue tout de même l’ironie de cette scène finale, j’aurais été étonné de voir une scène de sexe trop lissée, trop parfaite, car finalement, on va au bout de ce personnage si imparfait dans sa vie, également au lit, et c’est ça qui est touchant. Je reste également gênée par la manière dont est illustré son séjour en psychiatrie, je ne savais pas que la vie en HP était aussi paradisiaque…
Je le recommande tout de même, rien que pour les situations comiques incarnées par Vincent Lacoste, et son père, en pleine crise également, incarné par Christophe Lambert (complètement à l’opposé de Tarzan ou de Highlander)!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *