Dragons 3 – Le Monde caché : un final épique pour la saga de Dreamworks

On l’attendait avec l’impatience d’un enfant la veille de Noël, le nouveau film de Dreamworks est enfin au cinéma ! 
Dragons 3 – Le Monde caché est le troisième opus de la trilogie Dragons, inspiré des livres de Cressida Cowell : Harold et les dragons. Cinérama l’a vu et vous livre ses réactions à chaud !


L’avis de Jonas

Bien que ce dernier volet de la trilogie Dragons suive la lignée des deux premiers films à succès de 2010 et 2014, il prend néanmoins une teinte plus sombre que ses prédécesseurs. En effet, Le Monde caché dévoile un ennemi plus vil et plus intelligent que les précédents : Grimmel le Grave. L’arrivée du personnage le plus noir de la trilogie suit l’évolution des personnages construite au cours des autres films. Un an après la confrontation entre Harold et Drago Poinsanklant, les personnages ont grandi : ils sont donc capables d’affronter des ennemis plus dangereux, d’où l’arrivée de Grimmel le Grave.

Devenir adulte est aussi synonyme d’un changement de vie. Harold qui est maintenant le chef de son village est donc confronté à des choix de vie pour lui et son peuple. Le Monde caché correspond à la fin de l’apprentissage de notre héros tout comme de son dragon Krokmou. C’est pourquoi il est amené à faire des choix difficiles qui définiront l’avenir de l’île de Beurk et de ses habitants.

La dimension adulte naissante de l’animé se reflète par ailleurs dans le rythme de ce dernier. En effet, les rebondissements sont plus nombreux, mieux répartis et s’alternent parfaitement avec des moments plus calme qui laissent place aux dialogues et aux personnages. Bref, c’est un véritable scénario de film avec un bel équilibre entre action et contenu qui construisent Dragons 3.

Cependant, le public jeunesse n’est pas en reste, Dragons 3 est toujours une source fraîche d’humour bien articulé, fidèle à celui qui ponctuait les précédents films. De plus, son esthétique est toujours fine et belle, jouant avec couleurs et lumières, ce qui fait rêver les petits… comme les grands !

Un point négatif ? Pour les adultes, oui : certains passages tombent un peu trop dans le « cul-cul » stéréotypé, notamment la fin qui pourrait faire écho à de vieux films Disney…

Bref, Le Monde caché est l’une des rares suites à faire preuve de qualité dans le monde de l’animé et clôture la trilogie avec succès.


L’avis de Yoann

Adapté au cinéma par Dean Deblois et Chris Sanders en 2010, Dragons 1 avait à l’époque rencontré un succès phénoménal. Cela n’a pas empêché Dean Deblois – en solo pour la suite de la franchise – de se surpasser avec un Dragons 2 époustouflant tant visuellement qu’en termes d’écriture. La pression était donc grande autour de ce nouvel opus qui devait à la fois faire évoluer les personnages et conclure la franchise.

Et force est de constater que le contrat est bel est bien rempliDragons 3 est une vraie réussite, en premier lieu visuelle. En effet, lors de la production de Dragons 2, les studios d’animation ont pu profiter de logiciels de création plus performants, apportant ainsi aux lumières et aux textures un réalisme saisissant. Pour Dragons 3, les technologies ont une fois de plus évolué et le résultat est bluffant. Le détail de l’image est magnifique, l’animation des personnages est encore plus fluide et réaliste dans leur façon de bouger et d’interagir avec les éléments, et doux Jésus.. les décors sont somptueux! L’équipe de Deblois ne s’est pas reposée sur ses lauriers et c’est très agréable à regarder.

Mais le film est également un magnifique travail d’écriture. Bien qu’on puisse y voir une trame narrative très similaire au 2e volet de la saga, les personnages ont cependant évolué, tant individuellement que collectivement. Équipements de dragonniers upgradés, village entièrement reconstruit pour accueillir davantage de dragons, c’est un Burk 2.0 que l’on découvre au début du film. Harold, désormais chef de la tribu, continue de remettre en question son leadership. Suite à la rencontre de Krokmou avec une séduisante Furie Éclair (dont la parade amoureuse rappellera sans doute à certains leur premier rencard), il s’interroge notamment sur la place des dragons dans le monde cruel et destructeur des hommes. Un an après l’affrontement du puissant Drago Poinsankant, il va maintenant devoir faire face à un tout autre ennemi: Grimmel le Grave. Froid, calculateur et diablement intelligent, il s’apparente grandement au dieu nordique de la discorde, Loki. Quant aux acolytes d’Harold, ils apportent une bonne dose d’humour, notamment les jumeaux Kranedur et Kognedur qui sont véritablement hilarants. Chaque personnage possède un gimmick et des enjeux bien à lui qui rythment le film et l’amène doucement vers la conclusion. Le tout est servi par une incroyable précision de mise en scène et des dialogues qui ne tombent jamais dans la morale infantile.

Dragons 3 – Le Monde Caché conclu parfaitement l’histoire d’Harold et de sa quête d’identité. Se cherchant tout d’abord en tant que viking, puis en tant qu’homme, et enfin en tant que chef, c’est un vrai plaisir de voir cette trilogie s’adresser aux enfants (et aux adultes) avec de vrais sujets de fond et livrant par la même occasion un message de paix sincère et non moralisateur. Dreamworks nous offre ici un spectacle grandiose, émouvant et drôle, et signe certainement sa franchise la plus aboutie. Un vrai régal !


Dragons 3 – Le Monde Caché, au cinéma le 6 février 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *