5 raisons de (re)voir La Cité de la Peur

J’ai failli titrer ce billet “5 raisons de (re, re , re, re) voir La Cité de la Peur”. Je l’ai vu tellement de fois que j’ai arrêté de compter et pour une raison qui m’échappe, je suis persuadée que c’est le cas de tout le monde. Il reste pourtant quelques irréductibles spectateurs idiots et incultes qui ne connaissent pas ce chef-d’oeuvre du cinéma français (de son vrai titre : La Cité de la Peur : une comédie familiale).


Pour ces quelques irréductibles qui ne l’auraient jamais vu, prière de vous rendre à la séance Un Film Une Mousse du vendredi 5 mai au cinéma Le Bonne Garde de Nantes et de visionner l’intégrale des Nuls. Pour les autres, je ne vous ferai pas l’affront de vous faire un pitch de ce bijou du septième art que vous connaissez déjà si bien. Je ne vous manquerai pas de respect en vous rappelant que la scène de la Carioca est un hommage au générique du film Hamburger Film Sandwich scénarisé par le trio Zucker. Tout ça vous le savez déjà, brave petit fan que vous êtes.

Alors voici, en exclusivité pour toi, cher lecteur, 5 autres raisons de (re) voir La Cité de la Peur :

1.Parce que c’est le premier long métrage d’Alain Berberian. 

Ainsi que son premier succès. Qui sera d’ailleurs son unique succès. Claude Berri ayant refusé le projet, Chabat, Farrugia et Lauby décident de faire appel au réalisateur de Les Nuls L’émission. Donc merci Alain, mais n’oublions pas que le bonhomme est aussi à l’origine de films tels que Le Boulet (Gérard Lanvin, Benoît Poelvoorde, José Garcia) ou encore L’île aux trésors (Gérard Jugnot, Alice Taglioni, Jean-Paul Rouve). Aussi, rendons lui hommage en regardant encore et encore son coup d’éclat, ne serait-ce que par altruisme !

2. Parce que ce film est une caverne d’Ali baba 

Private jokes, nid à références cultes, concerto de punch lines ! Ne pas les connaître c’est se priver d’un sentiment d’appartenance à une communauté. Le risque de louper les blagues les plus drôles de tes potes qui, pleins d’incompréhension, risqueraient de te mettre à l’écart du groupe. Et avant que tu ai compris quoi que ce soit, tu te retrouves seul chez toi un vendredi soir à regarder L’Île aux Trésors. Triste vie.

3. Parce que tu n’as peut être pas vu le film jusqu’à sa vraie fin. 

Effectivement, quelques scènes supplémentaires sont présentes après le générique final. Marvel n’a rien inventé, déso pas déso.

4. Parce que tu vas nourrir ta culture générale 

Tu auras de nouvelles anecdotes incroyables à raconter à Mamie Jeannine entre le fromage et le dessert. Tu pourras lui parler de Gilles de Rais, un des plus anciens tueurs en série français connu et auquel le nom d’Odile Deray fait référence. Ou encore du roman russe Les Frères Karamazov de Dostoïevski, expliquant la drôle de manière qu’à Serge de se présenter à chaque fois : « Serge Karamazov, aucun lien, je suis fils unique ». Beaucoup d’autres clins d’œil se trouvent dans ce film : Basic Instinct, Pretty Woman, Point Break, Les Aventures de Rabbi Jacob, etc. La chasse est ouverte, à toi de toutes les trouver !

5. Parce qu’on ne sait toujours pas ce que les lettres O, D, I et L signifient.

Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive et pourrait compter environ mille autres raisons. Mais répéter mille fois à mille personnes que ce film est absolument à voir, même si on en crève d’envie, ça n’aurait pas vraiment de sens (et bim, en deux temps trois mouvements je viens de prouver mon numéro 2).Aller, salut, on se retrouve le 5 mai au cinéma Le Bonne Garde autour d’une petite bière (ou d’un fond de whisky, pour les plus motivés) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *